Pro­tec­tion phytosanitaire :
mala­dies des plantes et choix de pro­duits phy­to­sa­ni­taires appro­priés (PPh)

Le pay­sage rural est en grande par­tie façon­né par l’agriculture moderne. Afin de le pré­ser­ver tout en satis­fai­sant aux besoins crois­sants de pro­duc­tion de den­rées ali­men­taires, le recours ciblé à une pro­tec­tion phy­to­sa­ni­taire inté­grée des par­celles est indis­pen­sable. Avec une rota­tion de plu­sieurs cultures, l’utilisation de pro­duits phy­to­sa­ni­taires a lieu du prin­temps à l’automne. En cas de che­vau­che­ment sai­son­nier de cultures comme le blé et les bet­te­raves, il faut agir de façon avi­sée afin d’offrir aux plantes une pro­tec­tion com­plète. Pour doser avec pré­ci­sion les matières actives appro­priées, il est impor­tant de culti­ver une vue d’ensemble des mala­dies, des adven­tices et des para­sites sur les par­celles. En por­tant une atten­tion par­ti­cu­lière aux résis­tances crois­santes à cer­tains pro­duits phy­to­sa­ni­taires, dis­po­ser d’une palette aus­si large que pos­sible de matières actives est aus­si impor­tant que l’application au bon moment des pro­duits. Les tech­no­lo­gies agri­coles modernes faci­litent l’intervention phy­to­sa­ni­taire au même titre qu’un large choix de pro­duits phy­to­sa­ni­taires effi­caces qui per­mettent des résul­tats durables même à faibles doses.
Plant protection

Pro­tec­tion phy­to­sa­ni­taire intégrée :
uni­que­ment la dose nécessaire

Une pro­tec­tion phy­to­sa­ni­taire opti­male com­mence par un tra­vail du sol en pro­fon­deur afin de limi­ter au maxi­mum l’utilisation de pro­duits chi­miques. Il est ain­si pos­sible par exemple de réduire la dose d’herbicides dans le semis sous cou­vert si, avant le semis, les racines des adven­tices ont été remon­tées en sur­face où elles s’assèchent. Les méthodes de lutte méca­nique peuvent être éga­le­ment employées contre les para­sites comme la pyrale du maïs afin d’économiser des pro­duits phytosanitaires.

La pro­tec­tion phy­to­sa­ni­taire méca­nique étant très limi­tée pen­dant la levée des cultures, les exploi­ta­tions conven­tion­nelles et bio­lo­giques ont, à ce stade, recours au pul­vé­ri­sa­teur agri­cole. Si les exploi­ta­tions conven­tion­nelles dis­posent alors d’une large palette de pro­duits phy­to­sa­ni­taires chi­miques, les exploi­ta­tions bio­lo­giques ont en revanche accès à très peu de pro­duits phy­to­sa­ni­taires autorisés.

Les deux pro­cé­dés ont cepen­dant en com­mun l’utilisation la plus limi­tée pos­sible d’intrants. Il s’agit sou­vent de trou­ver un juste équi­libre entre des doses éco­no­miques et une lutte com­plète contre les adven­tices, sans résis­tances aux pro­duits phytosanitaires.

Uti­li­sa­tion des pro­duits phy­to­sa­ni­taires conforme à la loi rela­tive à la pro­tec­tion phytosanitaire

Face aux exi­gences euro­péennes, les bonnes pra­tiques pro­fes­sion­nelles sont essen­tielles, sur­tout en matière d’utilisation de pro­duits phy­to­sa­ni­taires. La mani­pu­la­tion de pro­duits ne peut se faire que si l’utilisateur dis­pose d’un cer­ti­fi­cat indi­vi­duel (Cer­ti­Phy­to). L’obtention de ce cer­ti­fi­cat est condi­tion­née notam­ment par des for­ma­tions por­tant sur l’utilisation des pro­duits et l’enregistrement des interventions.

La loi rela­tive à la pro­tec­tion phy­to­sa­ni­taire régle­mente l’application et la mise sur le mar­ché des pro­duits phy­to­sa­ni­taires (PPh), pul­vé­ri­sa­teurs et sti­mu­la­teurs des défenses natu­relles des plantes. L’agriculteur doit donc non seule­ment avoir une vue glo­bale sur son registre phy­to­sa­ni­taire, mais sur­tout il doit pou­voir le mettre à dis­po­si­tion en cas de contrôle.

Pro­tec­tion phy­to­sa­ni­taire avec 365FarmNet

Registre Phy­to­sa­ni­taire

La ver­sion d’accès gra­tuite de 365FarmNet vous per­met de tenir à jour votre registre phy­to­sa­ni­taire faci­le­ment. Après un para­mé­trage de votre exploi­ta­tion, les acti­vi­tés que vous effec­tue­rez actua­li­se­rons ce registre.

Cet agri­cul­teur fran­çais de la Vienne vous explique com­ment il fait au quotidien.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzep­tie­ren Sie die Daten­schut­zerklä­rung von You­Tube.
Mehr erfah­ren

Video laden

Ins­cri­vez-vous gratuitement