Aug­men­ta­tion du ren­de­ment dans les pâtures avec le sur-semis, le réen­se­men­ce­ment ou le semis

Lors la période de la récolte les dégâts sur la végé­ta­tion sont presque inévi­tables. La cou­ver­ture végé­tale se des­sèche en par­tie durant l’été. Des zones éclair­cies se forment dans les­quelles les adven­tices se déve­loppent. Des pertes de ren­de­ment et de qua­li­té s’ensuivent inévi­ta­ble­ment. La période allant d’août à sep­tembre est le bon moment pour s’occuper des pâtures et com­bler les zones abi­mées. Durant cette période, la cou­ver­ture végé­tale est plus faible et laisse les adven­tices s’installer plus faci­le­ment. En fonc­tion des dégra­da­tions subies par les prai­ries, il est néces­saire de réa­li­ser un réen­se­men­ce­ment, un sur-semis ou un semis pour assu­rer un niveau de ren­de­ment cor­rect au prin­temps.

Entre­tien ou recons­ti­tu­tion des pâtures

Pour une inten­si­té d’exploitation moyenne à éle­vée, des mesures d’entretien sont prises afin de pré­ser­ver une cou­ver­ture végé­tale dense et dans la mesure du pos­sible sans adven­tices. Les sur-semis sont réa­li­sés une à plu­sieurs fois par an. Les petites zones dégra­dées sont com­blées de manière pré­ven­tive. Cela per­met d’éviter un enva­his­se­ment des mau­vaises herbes et d’augmenter la den­si­té de la pâture.

Outre le sur-semis, un réen­se­men­ce­ment peut éga­le­ment être réa­li­sé sur les sur­faces moins dété­rio­rées, afin d’obtenir une cou­ver­ture végé­tale dense. L’objectif est d’augmenter prin­ci­pa­le­ment la part de ray-grass. Un tra­vail méca­nique préa­lable est pour cela néces­saire sans détruire la cou­ver­ture végé­tale. Une pousse régu­lière de la pâture est ain­si garan­tie.  En cas d’invasion impor­tante de la prai­rie par les mau­vaises herbes, une lutte sélec­tive contre les adven­tices est réa­li­sée aupa­ra­vant. Sans réen­se­men­ce­ment, un inva­sion secon­daire par les mau­vaises herbes a sou­vent lieu avec du mou­rons des oiseaux, de la bourses-cap­selle-à-pas­teur, du pâtu­rin annuel ou du pâtu­rin com­mun. Lorsque des adven­tices se géné­ra­lisent dans les zones dégra­dées, la pâture doit être entiè­re­ment renou­ve­lée.

En pré­sence de pâtures for­te­ment dégra­dées par un enva­his­se­ment de mau­vaises herbes supé­rieur à 50 %, un réen­se­men­ce­ment est la plu­part du temps insuf­fi­sant et un semis est néces­saire. Cela doit se faire dans la mesure du pos­sible à l’automne. Les pro­ba­bi­li­tés de pré­ci­pi­ta­tions plus éle­vée per­mettent au semis de mieux s’implanter, assu­rant ain­si une bonne levée au prin­temps et garan­tis­sant un ren­de­ment de bonne qua­li­té. À la dif­fé­rence des sur-semis et des réen­se­men­ce­ments qui sont des mesures d’entretien des pâtures, le semis est plu­tôt uti­li­sé en der­nier recours, lorsque les mesures régé­né­ra­tives et d’entretien préa­lables n’ont pas réus­si, ou lors d’une rota­tion nor­male est pré­vue. Les semis néces­sitent plus de tra­vail du sol et demande plus de temps pour entrer en pleine pro­duc­ti­vi­té de végé­ta­tion.

Pâture avec des adventices en partie desséchées

Image de Cou­leur sur Pixa­bay

Semis et choix de la varié­té : ray-grass, dac­tyle, fétuque des prés

Un sur-semis, réen­se­men­ce­ment et semis est pos­sible de mars à sep­tembre durant la période de végé­ta­tion en fonc­tion de la situa­tion. Au début de l’automne après la seconde exploi­ta­tion, les condi­tions pour un sur-semis ou un réen­se­men­ce­ment sont la plu­part du temps excel­lentes, grâce aux condi­tions météo­ro­lo­giques, avec une humi­di­té du sol et une for­ma­tion de rosée suf­fi­santes. Il n’existe qua­si­ment pas de com­pé­ti­tion entre la pâture et les adven­tices. En cas de sur-semis ou de réen­se­men­ce­ment avant la mi-sep­tembre, la plante dis­pose de suf­fi­sam­ment de temps pour son déve­lop­pe­ment afin d’aborder l’hiver en étant la plus robuste pos­sible. Le réen­se­men­ce­ment néces­site une tem­pé­ra­tures du sol de 10°C mini­mum et des pré­ci­pi­ta­tions, afin d’encourager la ger­mi­na­tion des semences. En pré­sence de faibles dété­rio­ra­tions (moins de 30%), une den­si­té de semis de 10 à15 kg/ha est néces­saire, et 20 à 30 kg/ha en cas de dété­rio­ra­tions plus impor­tantes. En com­pa­rai­son, la den­si­té de semis pour les sur-semis est de  5 à 10 kg/ha. Pour les semis, la quan­ti­té de semences varie entre 35 à 100 kg/ha en fonc­tion de la situa­tion géo­gra­phique et des condi­tions.

Pour ce qui est du choix de la varié­té, des mélanges de réen­se­men­ce­ment ou de régé­né­ra­tion spé­ciaux sont uti­li­sés pour les sur-semis et les réen­se­men­ce­ments. Ils com­portent exclu­si­ve­ment des varié­tés de gra­mi­nées à ger­mi­na­tion et à crois­sance rapides, per­met­tant de com­bler les zones dété­rio­rées en un temps très court. Les varié­tés uti­li­sées pour les semis pré­sentent quant à elles une plus grande diver­si­té. En géné­ral, les gra­mi­nées sont sélec­tion­nées en fonc­tion des condi­tions géo­gra­phiques et de l’intensité d’utilisation de la par­celle. Pour réduire les risques, on uti­lise des mélanges mul­ti-espèces de gra­mi­nées. Les carac­té­ris­tiques comme la résis­tance aux mala­dies, l’endurance, le ren­de­ment et la qua­li­té des four­rages sont éga­le­ment pris en compte lors du choix des gra­mi­nées. Des gra­mi­nées pré­sen­tant une facul­té ger­mi­na­tive supé­rieure à la moyenne sont pri­vi­lé­giées, en par­ti­cu­lier pour les réen­se­men­ce­ments. Le ray-grass, le dac­tyle et la fétuque des près en font par­tie, entre autres. Le ray-grass, l’une des gra­mi­nées four­ra­gères les plus impor­tantes, trouve des condi­tions de crois­sance opti­males dans des sols frais argi­leux avec un cli­mat océa­nique. Le dac­tyle par contre est une gra­mi­née très vigou­reuse et abon­dante à levée pré­coce, qui obtient de bonnes valeurs nutri­tives et trouve de bonnes condi­tions de crois­sance dans des sols miné­raux et tour­beux, riches en nutri­ments dans des régions fraiches à modé­ré­ment humides. La fétuque des près compte quant à elle par­mi les gra­mi­nées ayant une valeur nutri­tive éle­vée. La fétuque des près trouve de bonnes condi­tions de crois­sance dans des sols miné­raux et tour­beux frais et humides.

Ges­tion des pâtures avec le 365FarmNet

Kostenloses Basispaket

La ver­sion de base gra­tuite

La ver­sion de base gra­tuite répond déjà à toutes les exi­gences d’enregistrement néces­saires, incluant la car­to­gra­phie de par­celle, le temps pas­sé dans les champs et le cahier phy­to­sa­ni­taire.

En savoir plus
Météo professionnelle meteoblue

Météo pro­fes­sion­nelle meteo­blue

Récep­tion de don­nées météo­ro­lo­giques pour le site d’exploitation ain­si qu’un accès à des pré­vi­sions météo­ro­lo­giques géo­gra­phiques. Plu­sieurs sites météo­ro­lo­giques peuvent être gérés en fonc­tion de la répar­ti­tion des par­celles. Les pré­vi­sions météo­ro­lo­giques heure par heure peuvent ser­vir pour connaitre le moment opti­mal du semis par exemple.

En savoir plus
AgroPressure by Michelin

Agro­Pres­sure by Miche­lin

Le module gra­tuit Agro­Pres­sure by Miche­lin per­met de cal­cu­ler la pres­sion idéale des pneu­ma­tiques afin d’éviter les com­pac­tages du sol.

En savoir plus
Tes­tez gra­tui­te­ment