Agriculture et abeilles : interactions entre rotation des cultures, bandes fleuries, pollinisation et rendement

 Saviez-vous qu’après les bovins et les porcs, les abeilles sont les animaux les plus importants pour l’agriculture ? Le rendement de nombreuses cultures, le maraîchage et l’arboriculture dépend de la performance de pollinisation des abeilles.

De la rotation des cultures à l’augmentation du rendement grâce aux abeilles

Les abeilles font partie intégrante de nombreux écosystèmes. Leur diversité biologique représente également une base essentielle au sein de l’agriculture. Depuis toujours, l’utilisation agricole des écosystèmes façonne nos paysages et offre en même temps un espace de vie et de la nourriture aux abeilles et autres insectes pollinisateurs. La mise en œuvre d’une bonne pratique professionnelle et d’une bonne gestion d’exploitation permet non seulement d’obtenir de meilleurs rendements, mais également d’améliorer l’espace de vie des abeilles. La rotation des cultures joue ici un rôle décisif. Les légumineuses peuvent par exemple être intégrées à la rotation des cultures afin d’améliorer le sol. Elles maintiennent alors la performance des sols, augmentent l’approvisionnement en azote et améliorent la qualité de la rotation des cultures. Utilisées en cultures principales et dérobées, elles ont un effet positif sur l’écosystème agricole. En outre, elles diminuent les coûts de production grâce à une plus faible utilisation d’engrais et de produits phytosanitaires. Pour les abeilles, les légumineuses apportent pollen et nectar leur permettant de surmonter des périodes à faible rendement. L’agriculture et les abeilles sont ainsi en constante interaction. Les rendements de récolte d’oléagineux et de légumineuses sont par exemple fortement influencés par la pollinisation des abeilles et d’autres insectes pollinisateurs. Dans le monde entier, plus de 200 variétés de culture dépendent de la pollinisation. Par exemple, la pollinisation permet d’augmenter le rendement du colza d’environ 20 %. C’est pour ces raisons que l’agriculture européenne a façonné les espaces de vie des abeilles sauvages et d’autres insectes pollinisateurs de manière tout à fait diversifiée et multifonctionnelle au cours des dernières années. Des surfaces libres et bordures de champs avec des fleurs sauvages et d’autres types de plantes non-cultivés font, dans de nombreux endroits, partie du paysage et constituent un espace de vie et une source de nourriture pour les abeilles et d’autres insectes et espèces animales.

Abeille sur une fleur de colza

Image d’Ada K sur Pixabay

Planification de l’utilisation des surfaces agricoles : bandes fleuries, rotation des cultures, fleurs sauvages et rendement de la production

Via de multiples facteurs, l’agriculture contribue aussi à la création de bonnes conditions de vie pour les abeilles et autres insectes. L’intégration de cultures principales et intermédiaires à fleurs dans la rotation des cultures est une bonne alternative aux jachères dans la production végétale conventionnelle. L’effet positif se ressent aussi bien dans l’agriculture que par les apiculteurs : la structure du sol des champs est améliorée et une partie des cultures indésirables peut être réprimée de manière naturelle, sans recours aux herbicides. En outre, les bordures, surfaces et bandes fleuries favorisent la diversité biologique des insectes pollinisateurs.

Les bordures de parcelles riches en fleurs (vivaces par exemple) ainsi que le semis-direct sous couvert végétal offrent une grande quantité de pollen et de nectar. Les couverts végétaux sont particulièrement bénéfiques, car ils sont une ressource alimentaire lors des périodes à faible rendement, après la floraison des arbres fruitiers et du colza. Egalement, ils consituent un refuge et un espace de nidification pour d’autres animaux. Parmi eux, des insectes utiles, tels que les syrphides qui déposent leurs larves dans ces niches. Les larves permettent de lutter naturellement contre les pucerons. A l’aide d’une pratique professionnelle adaptée, l’agriculture peut conserver et favoriser ces insectes utiles aux cultures. De telles mesures de conservation peuvent certes engendrer des coûts supplémentaires, mais elles s’avèrent rentables à long terme. Quant aux cultures de légumineuses à floraison, elles sont non seulement un plaisir pour les yeux, mais elles attirent également les insectes. Par ailleurs, la culture des légumineuses permet d’enrichir le sol en azote de manière naturelle. Cela permet de réduire l’utilisation d’engrais minéraux et organiques.

Applications adaptées de 365Farmnet

Programmation des cultures et variétés

Programmation des variétés et de la rotation des cultures

Les cultures et variétés cultivées sont affichées pour chacune de vos parcelles. Les modifications dans la rotation des cultures ou dans les variétés peuvent être planifiées, permettant ainsi de varier les ratios de culture et quantités totales de récoltes.

En savoir plus
S’inscrire gratuitement